Humeurs

Nen dag en Brusseleir

Quand j’étais gamine mon poepa parlait le brusseleir, c’était nen echte. J’adorais l’écouter parler avec les autres peï du bistrot du coin. Tout le monde l’appelait den buum. Il était plutôt petit, klach, et costaud mais quand quelqu’un lui cherchait bagarre, en général c’était lui qui lui foutait une rammeling. Tous ces pauvres sukkeleirs à qui il a mis la misère… Le surnom lui est venu comme ça.

Aujourd’hui je comprends le brusseleir mais je n’sais pas le parler malheureusement. En tout cas, pas à voix haute, parce que dans ma tête j’ai exactement l’accent de l’agent Varhaegen.

Quand je parle aux gosses en brusseleir ils ont tendance à me regarder comme des scheile. L’autre fois par exemple, je dis à mon ket « tu veux pas une fois aller foutre ce bazar au bac stp? ». Il m’a regardé avec la cassette de la tévé en mains en se demandant « mais qu’est ce qu’elle me veut cet’ meï ». Finalement il y est quand même allé et je vois que ce castard mets cette boite en carton entière au bac. « Mais enfin fieu ! Faut la verpletere ! » Tout faut leur apprendre hein.

Je me suis mise tellement en rot que j’ai commencé à broebeler. En plus il faisait super doef dans l’appartement j’en pouvait plus quoi. Yende, la jeunesse de nos jours c’est plus pareil qu’avant. Après ça on s’est mis en route pour l’école, le tram partait déjà volle gaz mais heureusement on a réussi à l’attraper.

Pour ne rien arranger à ma journée, bardaf, une trut qui marche sur mes toutes nouvelles sket blanches. Enuzele. Le reste de la matinée s’est bien passé et a midi j’ai pu manger mon stoemp à mon aise. Ça m’a mis un coup de barre et je me suis assoupi. A un moment donné j’ai fait un bon jusqu’au plafont. Une klette à laisser tomber un verre par terre, il y en avait partout ! Autant te dire que j’avais plus envie de dormir après ça.

En fin de journée je suis allée à l’école pour reprendre les gamins. Ils jouaient au milieu de tous les snotneuzen. On est passé par la boulangerie pour prendre des pistolets à l’américain pour manger au soir. Evidemment je suis tombée sur une flaave qui a mis 2 heures pour nous servir.

Cette journée touchait enfin à sa fin. En rentrant j’ai vu le brol partout mais je me suis dit fourt, ça sera pour demain, moi je vais dormir ! J’ai été voir les petits dans leur chambre je leur ai donné une baiz’ et je suis partie me coucher.

Ce texte est une fiction évidemment qui ne veut pas dire grand chose. Le but était de mettre le plus de mots Bruxellois possible dedans 🙂

Si toi aussi tu veux devenir nen echte, voila quelques sites a aller zieuter :

Parce que d’aller sur son blog m’a donné l’idée d’écrire ceci : www.mamzellebrusseleis.be

Le site du Tischke van Meuilebeek pour en apprendre plus sur notre belle Bruxelles : www.humoeurs-bruxelloises-brussels-zwanze.com

Nic et Flup te racontent Bruxelles : www.nicetflup.be

Allei, salut en de kost !

Image : Pixabay

2 commentaires

    • Kassandra

      Ahahaha 😀 J’y tiens !
      Sur l’ancien j’avais fait un lexique avec des explications de ce que veulent dire les mots, ici j’ai écris un texte en Bruxellois 😀
      On est drôles… Mais…. tu remarqueras qu’il n’y a pas de « une fois » à toutes les phrases…. 😀

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :