Humeurs

J’ai testé : être une casse-couilles

C’est quoi tes qualités et tes défauts ? Cette question reviens autant dans les entretiens d’embauche que dans une conversation Tinder.

J’ai toujours eu du mal à répondre à ça. Enfin pour les défauts… Parce qu’en ce qui concerne les qualités je peux t’en citer pleins. Gentille, droite, loyale, généreuse, je continue ? Non parce que ça peut durer des heures je te jure.

Pour les défauts je réponds en général que je n’ai pas confiance en moi et que je suis trop gentille. Ben oui, en fait je suis parfaite, je m’aime et c’est tout. Je n’ai jamais autant remarqué ce côté de moi que ce mois-ci. (ironie quand tu nous tiens)

C’est Shera qui a commencé, elle a fait une vidéo Sherastrologie ou elle parle de chaque signe. J’ai ouvert la video, j’ai levé un peu les yeux aux ciel, je me suis curé le nez puis j’ai cherché dans les commentaires si quelqu’un n’avait pas mis à quel seconde quel signe passait.

Bingo ! J’avance donc au moment ou on parle du lion, donc, de moi. (ça commence à 9:58 min logiquement c’est automatique. Regarde pour comprendre la suite, ça dure 2 min)

Je me suis sentie mise à nue, comme si Shera était derrière moi et qu’elle m’avait vu faire. Finalement sa description tient assez bien la route mais bon elle exagère un peu.

C’est exactement ce que j’ai expliqué à ma BFF quelques jours après. Et là… Elle s’est mise à rire et à un peu levé les yeux au ciel. Mais WTF what’s going on ici ? « C’est vrai que tu adores parler de toi et tu passes ta vie à débattre sauf que comme tu as toujours raison vaut mieux te laisser parler parce que ça vaut pas la peine, t’es butée »

J’ai bien tenté de lui expliquer que si on argumente avec moi en général si on me démontre que j’ai tord, j’avoue et je m’excuse. Ce qui m’amène à la troisième personne m’ayant fait prendre conscience de ma casse-couillitude.

Je parlais avec un ami, avec qui on échange a longueur de temps. La pluie, le beau temps, les enfants, le sexe, la guerre dans le monde. Bref, TOUT.
Alors quand je lui ai posé la question « tu votes pour qui ? » il fallait bien se douter que ça partirait en live.

« Je vote droite »

(Il faut savoir que je n’y connais absolument rien en politique. Je sais juste que l’extrême droite est raciste.)

« Quoi !? Mais pourquoi ?! Tu votes pour les raciste ! (Il est noir) Mais n’importe quoi ! »

à ce moment la, tu es d’accord avec moi, il aurait du me sortir un bon gros

et m’expliquer les choses. « Tu confonds, l’extreme droite est raciste, la droite pas forcément. A gauche tu as les socialistes… blablabla »

Mais non, lui il m’a sorti une phrase du genre « Je savais que je ne devais pas parler de politique avec toi, toute façon on est habitué au racisme, ça changera pas » (le reste je t’avoues que j’ai oublié tellement j’étais dans un état second) j’ai fini par lui dire : « BREF. On arrête de parler de ça parce que tu m’énerves et ça va partir en live »

Vendredi dernier, je me suis renseigné via mon collègue et mon ami Google concernant les élections. Pourquoi on vote ? Ce qu’est la gauche ? La droite ? Il m’a même montré le grand test à faire pour voir avec quel parti je suis le plus en accord. Tu veux savoir ? La droite, bingo !

Je suis repartie vers mon ami avec la queue entre les jambes (quand je dis que quand j’ai tord je l’admets !) En m’excusant tout en lui disant que ce qu’il avait dit pour l’habitude au racisme je ne l’acceptait pas. Et là… il m’a dit quoi ?

« Toute façon, une fois que tu penses que tu as raison ça sert à rien d’essayer de te raisonner, t’as raison c’est tout, moi je me bats pas avec toi »

Je me suis donc rendue à l’évidence. Je suis une casse-couille. C’est officiel.

C’est vrai que je prends les choses à coeur, je peux vite partir dans un débat sans fin et m’énerver à parfois en pleurer des nerfs tellement je tiens à faire entendre et surtout comprendre à l’autre ce que pense. Genre, les gens qui se sentent obligé de me dire « gneugneugneu j’ai jamais vu Game of thrones, c’est nul ah ah ah » je peux littéralement commettre un meurtre. Je me comporte littéralement comme si tu avais agressé un membre de ma famille. Like really ! Tu ne regardes pas ok, c’est ton choix. Tu me le dis normalement, ok. Mais je parle de ceux qui ont un air narquois genre ils font partie de l’élite or que moi je suis un mouton. Genre ils savent qu’ils me piquent mais ça les amuse. Argggh (Je fais vraiment pas expres, i know je suis dans l’abus)

Je me retrouve dans tous les points de la vidéo de Shera. Je me livre pas rapidement mais une fois que je me livre, j’ai besoin d’être rassuré H24.
L’autre ne doit avoir d’yeux que pour moi sinon c’est la catastrophe. J’ai coupé les ponts avec mon meilleur ami il y a quelques semaines pour ça.
J’aime être indispensable, vraiment. Avec lui on était très très proches, il voyait des filles il m’expliquait tout toussa toussa, zéro problème. J’étais la numéro Uno et c’est ce qui comptait. Jusqu’au jour ou il a commencé à parler à ma BFF, c’est pas passé du tout. Il pouvait parler/draguer toutes les filles de la terre mais pas quelqu’un de mon entourage, il le savait, il a choisi de le faire, derrière mon dos en plus. Le pire de tout c’est qu’elle est venu me le dire et que dans un premier temps je ne pouvais pas lui dire à lui.

(Alors oui, tu vas me demander si j’étais pas amoureuse de lui etc, c’est ce à quoi ça fait penser. L’histoire est beaucoup plus longue et plus complexe que ça, je pourrais écrire 3 pages pour expliquer. Donc c’est vraiment un problème de « je veux être la seule qui compte, tu le sais, donc tu m’as trahi »)

J’ai réussi à le faire parler avant de le bloquer de partout.

à lire également : asociale et je le vis bien

Autre exemple, j’ai toujours fait l’anniversaire des enfants en grande pompes. Pour le deuxième anniversaire de mon fils, j’avais loué des châteaux gonflables, des déguisements de sumo, j’avais acheté tout ce qu’il fallait pour un barbecue. J’avais organisé ça dans le jardin de mon frère. Quand à la fin de la journée les gens leur ont dit merci plutôt qu’à moi, j’ai pleuré. Vraiment pleuré, je n’arrivais presque plus à me reprendre. Je n’avais pas la reconnaissance dont j’avais besoin.

Premier anniversarie de ma fille pareil, j’avais passé un temps de malade à tout préparer. Dont des petites bouteilles avec une etiquette personnalisé que j’avais crée, imprimé, collé, imaginé, j’ai coloré l’eau des bouteilles avec du colorant, etc etc
Quand j’ai vu que pleins de gens partaient sans… j’ai pleuré.

Le papa des enfants heureusement m’a toujours consolé dans ces cas là, il savait que ça me tenait à coeur et il n’a jamais rigolé ou pris ça à la légère.
Le truc c’est que je fais vraiment tout ça de bon coeur et pour faire plaisir à tout le monde sans rien attendre en retour. Mais une fois qu’on y est et que j’ai l’impression que les gens ne se rendent pas compte de mes efforts je craque. Je ne fais d’ailleurs plus de grosses fêtes pour leurs anniversaires. Maintenant je préfère passer une journée avec eux et dépenser tout l’argent que je dépensais dans la fête pour une journée spéciale entre eux et moi.

Bref. Je suis un lion typique. Moi qui croyais jusqu’à présent ne pas tout à faire ressembler aux caractéristiques de mon signe…
Je suis une casse-couille. Maintenant quand on me demandera mes trois défauts je saurais quoi dire…

Et toi, tu as des similarités avec ce qu’on dit de ton signe ? Plutôt casse-couille ou plutôt facile à vivre ?

Source image : Pixabay

3 commentaires

  • lau

    Bonjour 🙂 je ne suis pas très « horoscope », par contre si tu t’intéresses aux différentes personnalités, je te conseille de jeter un oeil à l’Ennéagramme (ton ami google t’aidera). Y a des tests en ligne, ici j’ai eu droit à une formation de deux jours offerte par le travail, c’est assez passionnant. Ça t’aide à te connaitre, mais aussi à connaître les autres et mieux comprendre leurs réactions. J’ai acheté un livre (de poche, genre 8 euros), je m’y plonge souvent 😉

    • Kassandra

      Oh c’est super intéressant ! Merci !
      Je vais faire un test de ce pas.
      Oui ça m’intéresse beaucoup, surtout maintenant, se rendre compte que finalement on ne se connait pas bien, c’est une sensation un peu bizarre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :