Comme tu le sais, j’en parlais ici, je suis assistante de direction à temps plein. Depuis 2 semaines j’ai pris un deuxième boulot le weekend en tant que caissière dans un supermarché près de chez moi.

Vis ma vie de caissière

J’avais déjà travaillé là pendant un an il y a dix ans. Autant te dire que ce weekend j’ai été remise dans le bain très vite. Il y avait des gens qui ne m’avaient clairement pas manqué.

Commençons par ce couple de personnes âgées qui s’est pointé à ma caisse. Je vois très vite à leur visage à quel type de clients j’ai à faire. Il y a les souriants, les absents et les impatients entre autres. Eux ou plutôt elle, était impatiente. D’ailleurs, c’est sûr, c’est elle qui porte la culotte à la maison.

Vis ma vie de caissière

Elle arrive à ma caisse avec un bouquet de fleurs. “Vous pourriez quand même mettre du papier aluminium sur les tiges en bas, parce que ça coule !”. Très gentiment je lui donne un petit sachet en plastique disant que c’est tout ce que j’ai sous la main. Elle le prends en soufflant un peu mais bon bref. Elle paie et se barre.

En étant occupée avec la cliente d’après je vois Madame revenir et se tenir droite à côté de moi avec son bouquet. “Le prix est encore dessus ! Vous pensez quand même pas que je vais offrir ça comme ça ! J’ai essayé de l’enlever et c’est carrément imprimé sur le papier, c’est grave, comme si je pouvais offrir ça ! Coupez moi ça avec un ciseaux, ça va pas du tout !”

Vis ma vie de caissière

Ce que j’avais envie de répondre c’est “Espèce de connasse, va chez le fleuriste si t’es pas contente, lui t’enlèvera le prix et te fera même un bel emballage. Radine va” Mais ce que j’ai répondu c’est “Une seconde madame, je termine et je suis à vous.”

Le temps de finir, je prends son satané bouquet et là, surprise, c’est une étiquette collée sur le papier, je l’ai décollé en moins d’une seconde. Je lui ai tendu le bouquet avec un sourire provocateur. “Oh, pardon, j’avais pas vu. Excusez-moi”

En attendant, connasse, si t’étais venue me voir gentiment en me demandant si je voulais bien essayer d’enlever l’étiquette, je l’aurais fait avec plaisir !
Vis ma vie de caissière

Ca me rappelle une histoire que j’avais eu il y a dix ans. Une femme vient à ma caisse en gueulant disant que elle a acheté 2 paquets de chocolats, que un lui revient à disons 1 euro et l’autre à 3 euros. Je regarde… “Ah, oui effectivement, vous me devez 2 euros madame vu que un des deux paquets à été pris en compte comme une seule barre de chocolat et pas en paquet de trois comme il aurait dû” Elle ne savait plus ou se mettre et s’est confondue en excuses. “Et du coup je dois vous les payer?”

Tu as aussi ces gens qui passent à ta caisse, ne disent pas bonjour, ne te regardent pas, ont les yeux rivés sur leur téléphone. Comme si tu étais un fantôme ou une machine.

Vis ma vie de caissière

Ces gens qui ont les yeux rivés sur les chiffres “Ah non, les tomates étaient à 0,89 cent et pas à 0,90 cent !”. Ceux qui viennent toujours 5 minutes avant la fermeture en courant. Ceux qui te regardent de haut comme si t’étais la pire des merdes qui soit. J’ai juste envie de leur dire à ceux là “je gère 2 boulots, 2 enfants, 1 mec, 1 blog, j’entretiens une maison, et tout ça sans me plaindre. Baisse les yeux !”

Les bons côtés

Mais à côté de ça, heureusement tu as aussi ces clients qui te donnent le sourire. Ces clients qui sont tellement de bon humeur que c’en est communicatif. Ceux qui te demandent comment tu vas, qui t’encouragent pour la journée à venir. Ces personnes auxquelles tu t’attaches.

Je me souviendrais toute ma vie d’un monsieur qui venait tous les jours à ma caisse il y a dix ans. Il venait au matin, il prenait des nouvelles, faisais des petites blagues. Il me disait toujours “à demain” Un monsieur assez âgé, il me faisais penser à mon papa. Tous les jours il venait chercher de quoi manger et achetait une bouteille de Label 5 en petit format.

Vis ma vie de caissière

Souvent on devait lui dire qu’il n’y en avait plus parce qu’on commandait en petites quantités. Il n’y avait que lui qui en achetait. Un jour, on a décidé de commander une grande boite. Quelques jours après, ne l’ayant pas vu depuis quelques jours on s’es inquiétés, on a appris qu’il était décédé. On a tous tellement eu mal au coeur. J’y pense encore souvent.

Bref.

Vis ma vie de caissière, c’est pas de tout repos contrairement à ce qu’on peut croire. On en voit de toutes les couleurs. A côté de ça, on fait de belles rencontres aussi grâce à tout ce contact humain.

Et toi, tu te places dans quelle catégorie de clients ?

Si tu veux retrouver cet article facilement, épingle-le sur Pinterest !

Vis ma vie de caissière